Association

Le sureau

René Marcq

Le sureau n’a qu’un défaut : il est tellement commun qu’on ne distingue plus sa beauté que ce soit par son port, son feuillage, ses fleurs ou ses fruits.

Par ailleurs on néglige un peu trop ces arbustes   au passé prestigieux et dont les  qualités sont souvent oubliées de nos jours.

Position botanique :
Les sureaux forment un genre (le genre Sambucus) comprenant environ 25 espèces réparties dans les zones tempérées et subtropicales des deux hémisphères.

Ce genre constitue avec le genre Viburnum ( environ 150 espèces de viornes ) , le genre Lonicera (environ 180 espèces de chèvrefeuilles )et d’autres, la famille des Caprifoliacées.
Dans notre région le sureau noir –Sambucus nigra-
( dénommé ainsi à cause de la couleur de ses fruits noir-violacé brillants ) est le seul représentant du genre alors que son « cousin » le sureau rouge –Sambucus racemosa-se trouve plus à l’est ou en moyenne montagne. Une espèce herbacée,le sureau hièble-Sambucus ebulus-se trouve sur les terrains calcaires.              

Histoire et mythologie :  Un passé glorieux.   

  •    Des graines retrouvées dans différents sites montrent que les baies de sureau étaient de consommation courante par les hommes du néolithique(avant l’usage des céreales).

  •       Son usage  pour ses propriétés médicinales très étendues remonte à la plus  Haute Antiquité.

  •       Dans de nombreux  pays le sureau avait la réputation de préserver des maléfices et était pour cette raison planté près des maisons surtout vers le nord de l’Europe :au Danemark il protège les maisons, en Suède il est bénéfique aux femmes enceintes, en Russie il repousse les mauvais esprits, en Allemagne la flûte enchantée des légendes était faite de sureau(au  Moyen-âge la sambuque était une petite flûte faite d’un rameau de sureau vidé de sa moëlle).

  •      Mais il pouvait aussi avoir mauvaise réputation : en Angleterre, brûler du sureau amène le  Diable dans sa maison, l’odeur forte des fleurs et des feuilles entraîne des malaises  pouvant aller jusqu’à la mort,  en France  frapper une vache avec un rameau  bloque  la production de lait  ou entraîne sa mort.

La vie du sureau noir :

Un des premiers arbustes  à  débourrer (avec l’aubépine) souvent dès la mi-février.
Sa floraison  a lieu en mai-juin : des fleurs blanc-crème en corymbe  très mellifères (pollinisation assurée par les insectes) donnent d’août à septembre des fruits (drupes noires) qui sont la friandise de nombreux oiseaux , principaux vecteurs de la dispersion des graines.

Progressivement cet arbuste à la croissance moyenne peut atteindre une hauteur de 6 mètres, voire plus, pour prendre le port d’un petit arbre d’environ 10 mètres.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

page suivante

retour à l'accueil