Ressource en eau du bassin versant de la Lys

Synthèse d’après l’étude SOGREAH réalisée en 1998

 Les ressources en eau du Nord Pas de Calais sont globalement de médiocre qualité et très vulnérables. Des conséquences lourdes sur l’alimentation en eau potable de la région peuvent voir le jour à court et moyen terme.

Des dispositifs réglementaires existent mais sont insuffisamment appliqués…

Pourtant l'importance des aquifères régionaux est une chance pour l’alimentation en eau car l’eau souterraine reste la meilleure ressource possible pour produire de l’eau potable.

Beaucoup d’améliorations peuvent être mises en place facilement.

Il s’agit souvent d’une question de volonté de la part des élus et de la population. Une gestion de ces ressources,  dans le cadre de SAGE, à la fois globalement sur le long terme mais également au niveau local : il faut davantage de sensibilisation auprès des exploitants agricoles ou industriels, de la population, des élus locaux, de nouveaux outils contre la pollution et de maîtrise de la consommation.
Extraits d’un rapport très complet du Conseil Economique Social Régional CESR

http://www.cr-npdc.fr/instit/cesr-avis/telechargement/2001/101001rappeau.rtf

 Quelle est la situation dans le bassin versant de la Lys ?

L’ étude de la SOGREAH, réalisée en 1998,  avait pour mission  :

-         d’effectuer un bilan quantitatif et qualitatif de la ressource en eau sur le périmètre du SAGE de la Lys

-         de réaliser un  diagnostic sur l’exploitation des ressources

-         de donner des recommandations sur les éléments de surveillance à mettre en place

  Géologie 

2 ensembles géologiques:

  • Partie nord au nord de l’axe Aix-Noulette-Bruay-Coyecques
    S’enfonce vers le nord , les formations géologiques se succédant en ordre statigraphique.
    Au niveau des vallées (Lawe et Clarence) les formations tertiaires ont été entaillées par les eaux de surface d’où des affleurements de calcaires ou marnes.

 

  • Partie sud : axe de l’Artois sud-est  nord-ouest.
    Il donne lieu à des affleurements de terrains anciens par la présence de failles inverses nord-ouest
    è sud-est.
    Failles de compression peu propices à la présence de vides ou d’ouvertures.
    Autres failles nord-est
    è sud-ouest  correspondant aux directions des cours d’eau , failles d’extension donc favorables à la présence d’eau

Hydrogéologie :les aquifères

6 aquifères  

q       Aquifères alluviaux :  très peu développé, liés à la nappe de la craie qu’ils drainent au niveau des vallées

q       Aquifères des limons des plateaux : épaisseur réduite, productivité mauvaise, très pollués par les produits agricoles et les rejets urbains

q       Aquifère des sables landéniens : épaisseur limitée , potentiellement productif

q       Aquifère de la craie séno-turonienne : ressource en eau principale, libre en partie sud puis captif sous les argiles.  Réalimentation principalement par les pluies , bassin de réalimentation 420 km2

q       Aquifère de la craie cénomanienne :  libre dans une zone restreinte (Reclinghem, Denneubreucq), captive sous les formations marneuses.

q       Aquifère de la craie du carbonifère : pas exploité dans la zone mais à l’est de Lille

carte

Page suivante

Accueil