Mesdames , Messieurs 

Dans quelques instants  sera signée la charte de développement de corridors biologiques sur le territoire de la commune de Lestrem
Cette signature
est un acte important pour notre commune, pour les associations Lestrem Nature et RéAgir, pour notre région Nord-Pas-de-Calais. Les nombreuses actions engagées ici pour la protection de la biodiversité et la sauvegarde des milieux humides, dans le cadre du développement des corridors biologiques, le travail en équipe avec l’association RéAgir, la qualité de l’évaluation menée par le CPIE « la  Chaîne des Terrils » ont permis  la mise en œuvre de projets importants. Votre présence aujourd’hui démontre  la dimension régionale et l’ exemplarité de notre projet, et atteste de sa crédibilité.

Que de chemin parcouru depuis le soir d’automne 1995 où pour la première fois, la notion de corridor biologique pour sauvegarder la biodiversité, fit son entrée dans notre association !

La biodiversité, c'est la variété de la vie sur la Terre. Elle se mesure par la variété au sein des espèces (diversité génétique), la variété entre les espèces et la variété des écosystèmes.
Préserver la biodiversité, c'est loin d’être seulement un problème de protection de la nature : c’est notre assurance vie , c’est  conserver notre potentiel d'être créatif et productif, c'est nous assurer des possibilités de découvrir et de mettre au point, par exemple, de nouveaux médicaments ainsi que de nouveaux produits alimentaires et industriels.

La disparition d'espèces fait partie du cours normal de l'évolution mais le rythme des disparitions dans le monde a beaucoup augmenté au cours des derniers siècles à cause des activités humaines.

 
Notre région n’est pas épargnée: quelques chiffres  30% de la flore régionale, 40% des batraciens ,15% des champignons ….sont menacés de disparition dans le Nord-Pas-de-Calais !

S’appuyant sur la
stratégie européenne de réseau écologique pour stopper le déclin de la biodiversité , ratifiée par 46 états ,  la Direction Environnement du Conseil Régional Nord Pas de Calais s’est engagée résolument dans une démarche de réalisation de corridors biologiques , démarche contractuelle originale avec les communes et les associations . Avec l’accord de Marc Delannoy Maire de Lestrem et Philippe Brouteele adjoint à l’environnement qui ont toujours soutenu nos démarches, des conseils municipaux de Lestrem et de Mont-Bernenchon, l’association Lestrem Nature fût la première à signer une convention de faisabilité de corridor biologique entre ces deux communes , avec le  Conseil Régional Nord Pas de Calais. 

Il s’agit là d’un nouveau concept issu d‘une discipline née dans les années 80 , l’écologie du paysage, qu’il nous a  fallu d’abord comprendre, avant de le faire avancer .
Un paysage
est la résultante d’une confrontation continue entre la société et son milieu. L’action de l’homme influence fortement l’ensemble des paysages et des écosystèmes de la planète, soit directement par une exploitation des ressources, l’occupation de l’espace , l’urbanisation , l’agriculture,  soit indirectement par les changements climatiques et les pollutions .

La notion de corridor remet en cause la vision statique de la conservation de la nature. Les échanges entre zones d’intérêt écologiques, les cœurs de nature sont fondamentaux pour la survie des populations, pour la recolonisation des habitats. La mise en réserve, même gérée, de territoires bien délimités, si importante soit elle , n’est pas suffisante pour envisager le maintien des populations.

Parmi les corridors possibles on peut noter les fossés, les bandes herbeuses,  les rivières, les haies, les chemins ainsi que les bords de route s’ils bénéficient d’une gestion adaptée et les jardins en l’absence de traitements chimiques avec herbicides ou pesticides.
A nous de trouver les solutions
,  pour combiner :

q       les champs pour la production agricole,

q        les réseaux de haies pour protéger les sols et offrir un habitat et des voies de passage à différentes espèces,

q        les zones d’habitation,

q       les infrastructures de transport,

q        les bassins versants,

q        des tâches de végétation,

q        des morceaux de nature dispersés

q       etc….

car l’homme est partie intégrante du système écologique et la préservation de la biodiversité doit être compatible avec les activités humaines !

 Ici à Lestrem pas d’espace protégé , de zones d’intérêt écologique faunistique et floristique, un espace banal en somme, une partie d’un faisceau écologiquement pauvre comme on a pu le lire dans certaines études d’impact ! Et pourtant comme dans les villages voisins qui ont rejoint notre démarche, Mont-Bernenchon , Vieille Chapelle , La Couture et  Hinges on trouve  de vrais cœurs de nature avec des espèces remarquables. Les territoires présentent un ensemble d’habitats humides (rivières, fossés, prairies humides, étangs …). La faune, la flore et les habitats y sont d’intérêt régional à international. On y trouve 

·      des plantes protégées peu communes à assez rares ( plantain d’eau à feuilles lancéolées , grande berle , callitriche à crochets , butome en ombelle , rubanier , gaillet des marais ,la  samole de valérand une plante assez rare dans notre région

·      des espèces d’oiseaux figurant sur les listes rouges nationales et régionales ( busard des roseaux , bécassine des marais , gorge bleue  à miroir , rousserolle , butor étoilé ,…)

·      au moins quatre  espèces d’amphibiens sur la liste rouge nationale (triton alpestre , triton vulgaire , grenouille verte , crapaud commun, salamandre tachetée ) .

·       des chauves-souris  : le  Murin de Daubenton et la Pipistrelle de Nathusius…

 

Or ces milieux sont menacés comme ailleurs. La régression des zones humides est liée à l’urbanisation, à l’agriculture intensive, mais aussi à leur isolement dû au développement des infrastructures.


Un maillage de tous ces habitats par des corridors biologiques devrait permettre de faciliter les échanges et ainsi préserver la biodiversité.
Les opérations de terrain
, gestion écologique et différenciée de l’espace pour le développement des corridors biologiques, ont démarré en juillet 1998. Elles ont été programmées par Lestrem Nature mais réalisées par l’association d’insertion RéAgir qui a pu créer une équipe  de quatre ouvriers Ce  partenariat s’est développé en 2001 et complété avec la Chaîne des Terrils pour la partie expertise et évaluation.

 Lestrem Nature a fait le choix de rester une association de bénévoles sans salarié.

Ce choix c’est la volonté de  ne pas se disperser  : gérer des emplois ne s’improvise pas ! RéAgir sait faire et même bien faire alors nous avons aidé l’association  à développer de nouveaux savoir faire, à trouver des marchés, à se faire connaître.

Aujourd’hui se sont concrétisés  des projets  importants, projets qui participent à la réalisation de la trame verte et bleue Régionale avec le Conseil Régional Nord-Pas-de-Calais . Ces projets  touchent  un nombre grandissant de communes  avec un  volume de travaux  en nette augmentation  et  une diversification plus importante . 

Un véritable projet de territoire se met en place. Il constitue à la fois une continuité de notre action et une extension significative de celle-ci sur le territoire du Bas Pays avec la commune de Vieille Chapelle qui fait aujourd'hui partie intégrante du chantier de corridors, avec la gestion écologique de la Lawe aval de Béthune à La Gorgue, avec les connexions de corridors biologiques sur La Couture et Hinges.

 Les différents volets du projet pour la partie environnementale sont cofinancés par le Conseil Régional Nord-Pas-de-Calais, la DIREN , l’Agence de l’Eau Artois Picardie, la commune de Lestrem, la Fondation de France, la Fondation Nature et Découvertes.

 q       Un plan pluriannuel de restauration et d’entretien écologique des milieux humides sur les communes de Lestrem, Vieille Chapelle et Mont-Bernenchon : gestion de ripisylve et de roselières, plantation de haies et réimplantation de végétation aquatique doivent permettre de  lancer une reconquête environnementale et écologique des espaces. Ce plan pourrait être complété par l’entretien de la Lawe aval de Béthune à La Gorgue. L’entretien classique serait remplacé par une gestion écologique plus respectueuse des milieux et des habitats et  ainsi faire de la Lawe un axe majeur de la trame bleue du Bas Pays de Béthune.

 q       Un plan de gestion pluriannuel concerté sur les communes de Lestrem, Mont-Bernenchon, Vieille Chapelle , La Couture et Hinges comme communes associées. C’est une véritable zone de connexions biologiques qui est en train de mettre en place avec des communes,  des syndicats d'agriculteurs ou des gestionnaires de rivières, qui intègrent petit à petit la nécessité de favoriser au mieux la gestion écologique des sites dont ils ont la charge. La concertation est et doit rester au cœur de nos actions . Il ne s’agit pas de désigner de bouc émissaire : nous avons tous notre part de responsabilité dans les atteintes à l’environnement et la perte de biodiversité. Ce n’est que collectivement que l’on peut engager des actions efficaces qui peuvent  concilier préservation de la biodiversité et activités humaines . Les quatre premiers comités de pilotage ont permis d’enclencher une dynamique porteuse d’espoir même si des conflits d’usage existent et des craintes demeurent.

q       Le suivi écologique de l’association Lestrem Nature et l’évaluation vont être renforcés. Aujourd’hui, une dimension plus scientifique de notre travail est apportée par le CPIE « La Chaîne des Terrils » notre association ressource et conseil, par le Conservatoire National Botanique de Bailleul . Cela passe par des inventaires précis et réguliers, des analyses plus poussées, la réalisation d’un système d’information géographique informatisé à la fois mémoire pour cartographier et stocker les informations mais aussi outil d’évaluation et d’aide à la décision. Cet été un inventaire botanique des fossés a été réalisé en partenariat avec le Conservatoire National Botanique de Bailleul.
 
Une nouvelle plante aquatique patrimoniale a été trouvée cet été à Lestrem et La Couture :la Samole de Valérand.
C'est une plante présente dans presque toute la France, mais globalement rare au nord de la Loire, en dehors de la région maritime. C'est une plante victime de la dégradation ou de la disparition des zones humides par eutrophisation, drainage ou comblement, mise en culture, et de  l'artificialisation des bords de cours d'eau.

q       L’éducation à l’environnement. Un programme d’éducation à l’environnement porté par Lestrem Nature accompagne ce projet depuis sa création : information, sensibilisation, action avec les écoles.  Afin d’apporter aux enseignants et aux enfants les outils spécifiques  de connaissance  nécessaires des milieux humides locaux ( matériel de capture et d’observation, guides d’identification, cartes aériennes, maquettes, fiches de travail…) Lestrem Nature et le CPIE « La Chaîne des Terrils » ont conçu et réalisé une malle pédagogique « Hottonie », qui pourra être utilisée de façon autonome par les enseignants dans leur classe. Cette malle a été financée par le Conseil Régional Nord-Pas de Calais, la DIREN Direction Régionale de l’Environnement Nord- Pas de Calais, la FRAIEE Fonds Régional d’Aide aux Initiatives en Education à l’Environnement et la commune de Lestrem. Elle sera à la disposition des enseignants après une formation des enseignants du public et du privé qui débutera cet automne avec l’accord des Inspecteurs de l’Education Nationale. L’éducation à l’environnement s’adresse à tous enfants mais aussi adultes : nos sorties nature guidées, notre programme de formation, le marché du mieux vivre sont des outils importants

q      
La gestion de  l’accueil et de la fréquentation du public, le développement de  la découverte et l’éducation à l’environnement, l’mplication des citoyens dans la gestion de l’environnement.

q       Les bords de route à condition de bénéficier d’une gestion adaptée sont des corridors potentiels.  Nous avons engagé un travail sur les aménagements paysagers et la gestion écologique des délaissés avec les Conseils Généraux du Pas de Calais pour la liaison Béthune Lestrem , du Nord pour le contournement de La Gorgue.

 Lestrem Nature, avec toutes ses actions pour le développement des corridors biologiques , s’est inscrit complètement dans la démarche globale et transversale de développement durable pour faire de notre projet un laboratoire grandeur nature pour le développement durable:

q      Démarche  écologique avec la préservation de la biodiversité et la sauvegarde des zones humides, la reconquête environnementale et écologique des espaces , la gestion des habitats et des espèces.

q      Démarche sociale avec l’association RéAgir  pour les emplois créés , les nouveaux savoir faire développés.

q       Démarche éducative avec nos actions d’éducation à l’environnement pour les enfants par nos animations en milieu scolaire, pour les adultes par nos sorties nature guidées , nos soirées formation, les journaux distribués.

q       Démarche écocitoyenne par la concertation engagée, par les actions menées pour  apprendre à connaître et respecter son cadre de vie.

q        Démarche économique avec le maintien et la pérennisation d’emplois mais aussi notre travail sur le terrain, avec les élus, les agriculteurs, consiste aussi à démontrer que la gestion d'un territoire qui intègre quelques principes écologiques de bon sens, représente, à terme, des économies importantes

q       Démarche de dialogue. Cette dimension, pour nous fondamentale, s’est traduite par notre volonté de toujours placer la concertation au coeur de nos actions : rien ne peut être imposé ! Il faut écouter, expliquer pour convaincre , prendre le temps de la réflexion. La concertation avec les communes , les agriculteurs, les chasseurs reste toujours notre préoccupation première.

Il faut souligner que tout ceci n’est possible qu’avec la confiance et le soutien des élus des municipalités qui participent aux comités de pilotage et je tiens sincèrement aujourd’hui à les remercier : Marc Delannoy maire de Lestrem et Philippe Brouteele adjoint à l’environnement qui ont toujours soutenu nos démarches, Alain De Jonckheere, maire de Vieille Chapelle , Marie Claude Duhamel maire de Mont-Bernenchon, André Delory maire d’Hinges et Jean Claude Delpierre premier adjoint , Louis Bariselle premier adjoint de La Couture et président du SIAAAH.


Vous l’aurez compris, la signature de cette charte aujourd’hui  ici dans les serres de Paradis dans le cadre des journées portes ouvertes de l’association RéAgir , n’est pas un verdissement occasionnel pour la commune de Lestrem et la référence au développement durable n’est pas un habillage de circonstance. C’est un engagement fort à travers des exigences et des ambitions de haut niveau .

Puissent toutes les communes de la région Nord-Pas-de-Calais avoir la même volonté !

 Le 11 septembre 2004

Jean-Louis Wattez
Président de Lestrem Nature