Association  
Janvier 2001

Les SAULES :

Pourquoi ne pas les adopter au jardin ? 

Malgré une indifférence  assez générale chez les jardiniers ou les amateurs de plantes (tout juste le saule est-il bon à fournir quelques piquets) voire une réputation  peu flatteuse qui remonte à l’Antiquité,  beaucoup de saules méritent une place de choix dans tout jardin qu’il soit formel ou naturel.
P
our  bien les apprécier, entrons  dans leur intimité.

Et  d’abord  un peu d’Histoire :

         Le mot-saule-est issu d’une racine celtique :
  sal =proche et lis =eau.

 


Saules des prairies humides de Lestrem

Comment les reconnaître ?

.            L’identification des saules est souvent considérée comme difficile. Ce n’est pas tant à cause des caractères anatomiques mais plutôt à cause de l’observation dans le temps de ces caractères au niveau des chatons et des feuilles matures.

I-ORIGINE :

Du pollen de saule a été retrouvé dans des roches datant du  Crétacé (plus de cent millions d’années) soit pratiquement à l’apparition des plantes à fleurs (115 millions d’années),ce qui fait dire à certains botanistes que les chatons de saule seraient les plus anciennes fleurs connues (alors que pour d’autres ce serait les fleurs de magnolia.)

Toujours grâce au pollen  fossile on croit savoir que le saule est né dans les montagnes de l’est de la Chine.

II-REPARTITION ACTUELLE :

Les saules sont répartis partout dans le monde à l’exception de l’Australie(qui a accueilli nos saules «  blanc »  et «  fragile » avec les émigrés).

La plupart des espèces sont cependant situées dans les zones tempérées de l’hémisphère Nord   (avec une douzaine d’espèces en zone tropicale notamment en Afrique).

III-POSITION DANS LE REGNE VEGETAL :

Ils appartiennent à la famille des salicacées qui comprend environ 350 espèces dont 300 saules qui constituent le genre Salix et 50 peupliers.

IV-CARACTERES BOTANIQUES:

les chatons mâles

Les saules sont des végétaux ligneux  dont la taille peut varier à l’âge adulte de quelques centimètres (saules alpins) à plus de 25 mètres (notre saule blanc).Les  saules sont dioïques : chaque pied est soit mâle soit femelle.

Dès  la fin Janvier pour certaines espèces (saule cendré ou s.marsault) les chatons mâles s’ouvrent  ce qui sera la première source de nourriture pour les insectes butineurs car la base de chaque fleur qui constitue le chaton porte une glande à nectar : la pollinisation se fait donc par les insectes.

 

retour à l'accueilPage suivante